[Une semaine à Kyushu] Ibusuki

Et voilà dernière étape de ce petit voyage à Kyushu !

Il est donc tôt le matin quand je suis arrivée à la gare de Kagoshima pour prendre le meilleur train du monde.
Oui je suis obligée de vous remettre une photo.
Ibutamaaaaa

Le voyage ne dure qu’une quarantaine de minutes mais on profite bien de la mer que la ligne longe.

Ibusuki est l’une des villes les plus au sud du Japon (enfin faut pas compter Okinawa et les îles qui font parties de la préfecture de Kagoshima). C’est un coin balnéaire qui donne envie sur les photos : palmiers, hibiscus, soleil … oui mais pas au mois de mars.
Là c’était nuages et vent froid.

En arrivant à la gare, je suis allée chercher des coin lockers pour déposer ma petite valise. Et bien ils ne sont pas nombreux, heureusement que les Japonais voyagent léger et que le plus grand locker était libre.

La chose incontournable à faire à Ibusuki c’est le bain de sable (sunamushi ou sunaburo en japonais). Pendant une dizaine de minutes, on vous enfouit vraiment dans du sable volcanique bien chaud. Dit comme ça c’est pas très rassurant mais c’est très bon pour la santé.

Ibusuki compte plusieurs plages qui proposent cette activité.
Le centre le plus populaire s’appelle Saraku (son merveilleux site web des années 90).
Il y a un bus qui vous y emmène depuis la gare. Il y a aussi des shuttle bus depuis la plupart des ryokan si vous avez réservé dans le coin.

Mais comme je suis trop une rebelle qui aime marcher par 0°c (bon un peu plus), je décide d’y aller à pied. Histoire de découvrir Ibusuki en mode ville morte.
(juste avant de partir, je papotais avec mon couple pote qui s’inquiétait car je ne prenais pas le bus)

La folie

La promenade au bord de mer est joli et avec le bon vent froid ça donne envie de vite se réfugier sous le sable chaud et dans un onsen. Une très bonne préparation !

Devant Saraku, il y a un ashiyu (bain de pied) gratuit.
Bien sur comme j’étais en collant je n’ai pas pu tester.

Et hop le centre !

L’entrée qui donne droit au sable + onsen coute 920yen.
On vous donne serviettes (une grande + une petite) et un yukata.
Ensuite, vous allez dans les vestiaires pour TOUT enlever (oui oui même votre culotte car il ne faut avoir que le yukata sur soi lors du bain de sable) et mettre le yukata.
Il faut aussi garder la petite serviette qui sera posée autour de votre nuque pendant l’ensevelissement.

Direction la plage, on sort du centre, le froid est violent en tongs.
Ce qui est bien à Saraku, c’est que le sunaburo est possible en tout temps car une partie est sous un grand auvent.
On suit les consignes des employés et on découvre notre petit trou (enfin grand car faut rentrer dedans quand même). On s’allonge, on papote avec la dame qui a la grosse pelle et qui va vous mettre du sable tout partout.
Il ne faut pas rester plus de 10 minutes. On peut bien-sur rester moins si on se sent mal, pas besoin d’établir un record.

C’est une sensation … étrange.

Le poids de tout ce sable est conséquent, on se sent dans un cocon bien serré. On sent aussi toutes les parties de son corps qui battent au rythme de son cœur. J’ai trouvé ça super agréable mais ça peut angoisser des personnes.

Au bout de 5 minutes, mon couple pote arrive vers moi. Ils m’ont retrouvé donc on papote (allongée avec juste ma tête qui dépasse, c’est un peu surréaliste). Quand ils sont partis, la personne qui s’occupait de mon carré de sable se posait des questions genre des gens inconnus me parlent.

La sortie de sous le sable est rude, c’est lourd mais ne vous inquiétez pas vous sortez sans problème.
Retour à l’intérieur, passage douche obligée pour virer tout le sable qui a pu s’incruster (il est fourbe). Vous virez le yukata dans la poubelle faite pour et hop direction l’onsen.

Nouvelle douche pour bien se laver cette fois avec savon et shampoing et vous êtes prêt pour l’onsen.
Moi et ma résistance au chaud, je ne reste qu’un quart d’heure.
En partant vous pouvez garder la petite serviette avec le nom de l’établissement. La mienne était tellement trempée et avec le temps moisi j’ai décidé de ne pas la garder pour des raisons pratiques.

Avant de repartir vers la gare pour manger quelque part, j’ai re re retrouvé mon petit couple (des stalkers en fait) et on a re papoté . Ils ont choisi de manger dans le restaurant de Saraku donc je leur fais mes adieux. Ils repartent directement vers Yamaguchi dans l’après midi.

Le temps devient plus clément et le ciel bleu (des bouts) est là, non ce n’est pas une illusion !

Et là le karma frappe, tous les restaurants cités dans le guide tabitte sont fermés. Ah ah ah

Heureusement, une boutique/magasin de piano/restaurant/autre, le Ibusuki information plaza, en face de la gare est ouverte.  Je m’y engouffre pour manger un tamatebakodon, un bol de riz avec toutes les spécialités de la région. Il est accompagné d’une soupe miso au katsuobushi (bonite séchée) que l’on peut rapper soi-même … disons qu’avec ma non force ça a fini en fou rire avec la serveuse et elle a du s’occuper de tout.
L’accueil est très sympa. Il y a le wifi gratuit aussi.

Ça faisait un peu café de quartier avec des personnes du coin qui viennent faire coucou et même des membres de la famille qui venaient d’Osaka… la bonne femme d’Osaka qui s’est même excusée de parler trop fort en kansaiben. Je l’ai rassuré en disant que ce n’était absolument pas un problème.

Il est encore tôt mais vu le froid je décide d’aller au ryokan où j’avais réservé la nuit.

Alors le problème au Japon, c’est qu’il y a peu de ryokan qui proposent des plans pour les personnes seules. Il y en a de plus en plus heureusement avec le boom des voyageurs seuls mais 90% des établissements ne font que des chambres pour 2 personnes et plus. Trouver une chambre pas hors de prix à Ibusuki a été un peu laborieux.
J’utilise le site travel rakuten qui a dans ses fonctions recherches la possibilité de sélectionner « une seule personne ».

Ainsi, j’ai choisi le Goran Kinkouro situé à deux gares de Ibusuki (avec un train par heure pratique).
Ils proposent un plan spécial fille seule (non ce n’est pas pour faire des rencontres) avec chambre/diner/petit dej/yukata coloré pour 12960 yen.
Cela peut paraitre cher mais il s’agit d’un ryokan et c’est vraiment dans la fourchette basse des prix pour ce genre d’établissement.

Le check in était à 15h mais je suis arrivée presque 40 minutes en avance mais bienvenue au Japon aucun problème pour récupérer ma chambre … qui est immense.

Et surtout qui donne une super vue sur la mer et le Sakurajima au fond (bon c’est pas flagrant sur les photos) !

Je décide de tester l’onsen intérieur lors du coucher de soleil (qui n’existe plus trop). Aaaah le bonheur du bain en plein hiver.
Le bain donne lui aussi sur la mer, même vue que depuis ma chambre. C’est merveilleux.

Le ryokan est un peu déserté ce jour là, je suis seule dans le bain. Je suis presque tentée de nager mais c’est mal. Et puis il y a deux petites vieilles qui sont en train de se laver juste à côté.

Le dîner est excellent, bien copieux malgré les petites quantités mais tellement de plats différents. En plus, avec ma réservation j’avais droit à une part de gâteau en plus. Genre j’ai pas assez mangé.

Après avoir pris 3kg, je suis allée au bain extérieur qui n’est ouvert que de 19h à minuit. Je cours un peu pour y accéder dans la nuit froide. Et une fois encore je suis toute seule pour regarder les étoiles dans de l’eau bien chaude.
Le bonheur.

Une bonne nuit bien au chaud, un retour au bain intérieur, un petit déjeuner un peu moins violent que le dîner et c’est l’heure de partir.
Hospitalité japonaise oblige, un employé me conduit en mini van jusqu’à la gare (qui est à 10 minutes à pied, j’aurais très bien pu y aller).

Comme le trajet Kagoshima/Tokyo était un peu trop long, j’ai décidé de faire une escale à Osaka pour une nuit (mais rien de passionnant à raconter, je suis allée voir l’exposition Majo no Himitsu qui était super cool)

 

Voilà adieu Kyushu, je reviendrai un jour ! Tellement de coins à visiter.

Publicités

5 réflexions au sujet de « [Une semaine à Kyushu] Ibusuki »

  1. J’etais allée aussi dans ce spa à sunaburo. C’etait marrant, j’étais tombée sur des petites vieilles trop marrantes qui rigolaient comme des pies parce qu’elles essayaient de dire « bonjour » et que le son etait drole… A gorge déployée, vraiment ! Meme dans le sable chaud. C’etait ultra relou pour les autres d’ailleurs !!

    Ca me donne envie de prendre un bain. Mais j’ai pas de baignoire. Sale vie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s